Valchezval, artiste nature,artisanat nature,Belgique

L'Âme Des Arbres

Je les rencontre, je les vois, morceaux ou restes d’une vie, quel qu’ils soient.

Je les ramasse et les travaille, les nettoie en retirant ce que le temps y a déposé.

Souvent existe déjà la trace des nettoyeurs de la nature, ceux dont leur mission est de rendre à la terre ce qu’elle a permis de naître. Ceux qui vont mener vers l’oubli ce qui a été.

J’aime les ramasser à ce moment -là, au moment ou il reste la force de ce qu’ils ont été.

Comme si il ne reste plus qu’à atteindre et mettre à jour, leur être profond, découvrir la beauté de leur courbes, leur nœuds, leurs veines, leur structure.

Je gratte, retire, amplifie ou accentue, découvre et révèle ce qu’ils sont

Et puis nous nous rencontrons, et mes yeux de femme se communie à leur vécu.

Tripode

Rencontre hasardeuse dans un chemin creux entre Pecrot et Nethen. Il m’attendait, comme s’il me regardait passer du haut de son promontoire. C’est une longue branche pourrie fixée à de grosses racines tortueuses qui a attiré mon œil. Je me suis arrêtée, intriguée et hésitante d’aller voir plus près tant le terrain était accidenté !

Revenant bredouille de ma cueillette je n’ai pu résister à gravir la pente. Il ne ressemblait à rien tant la mousse et la pourriture l’avait envahi. Couché, encore accroché, c’est à la force de coup de pieds que j’ai réussi à le dégager. Il était lourd, humide et rempli de vies diverses. Je l’ai porté vaille que vaille jusqu’à chez moi. En sueur et fébrile en arrivant, j’étais impatiente de découvrir ce qui se cachait sous ce manteau de mousse et de pourriture. J’ai pris mon couteau et j’ai travaillé frénétiquement pendant des heures.

Bi

Au bord d'un ruisseau, nous y avions établi notre camp depuis quelques jours. Une fois les cabanes construites, les enfants vivent au rythme de leurs envies, se construisent un monde en dehors du temps et moi je suis là, je les accompagne…dans leurs découvertes.

Alors que le groupe avait atteint une autogestion bienveillante, mes mains trépignaient… Vite un bois à sculpter, à gratouiller... 

Je ne m’attendais à rien d’extraordinaire dans ce périmètre restreint par mon rôle. Mais je l'ai vu... Issu d'un arbre déraciné par des vents violents. Il m'a offert ce magnifique bout de bois. Un coté homme, un côté femme, tous deux dressés vers le ciel.

Elégance

Flamèche

Dans les bois de Villers la Ville, elle était là… à terre. La tempête avait fait son travail de sélection et achevé sa vie. C’est son envergure qui m’a attiré parce que le reste était encore recouvert d’un mélange de terre et de feuilles mortes. Emmenant régulièrement des groupes à vivre la nature, je la croisais, toujours là au même endroit, impossible de ne pas la voir. Je l’observais, elle m’attendait. J’hésitais à la ramasser tant ma maison est déjà envahie de bout de bois attendant une seconde vie. Un jour, j’ai craqué., ma journée de travail achevée, je suis allée la chercher… Elle est magnifique

Muchacha et Vieja

Toutes deux issues de l'écorce de deux vieux châtaigniers, elles sont indissociables. 

l’histoire des  femmes, leur cheminement, leur évolution.

Moi-même à la charnière de la jeunesse et de la vieillesse, elles m‘ont parlé, toutes les deux…je les associe avec intrigue et bonheur…

Muchacha

La vieja

C’est dans les profondeurs d’une forêt d’Ardèche qu’elle a été découverte.

 

Ternie par la pluie et le vent, burinée par le soleil, elle appartient aux vestiges d'un très vieux châtaignier.

Des centaines d’heures de grattage et de ponçage ont permis de révéler ces magnifiques lignes de vie qu’elle cachait jusqu'alors sous une écorce de protection.

 

Elle a traversé le temps et elle insuffle une sagesse.